www.crhs.eu
URL: http://www.crhs.eu/index.php?id=38;lang=fr;version=print




Page d'accueil
Le Contrat de Rivière
CARTE INTERACTIVE
Le projet FEP MigraSûre
Génotypages
Aménagements
Documents
Partenaires
FEP
Journées de l'eau
Interreg
Comité de Rivière
Charte
Groupes de travail
Programme d'actions
Documentation
Rencontre entre acteurs de la rivière
Liens

Le projet FEP MigraSûre

Page web créée et gérée dans le cadre du projet MigraSûre cofinancé par l'Union européenne (Fonds européen pour la Pêche), la Wallonie et le Parc naturel Haute-Sûre Forêt d'Anlier - Ref. 32-1009-002.

Avec le soutien du FEP - Investissons dans une pêche durable.
 

Restauration ciblée de la libre circulation piscicole dans le bassin hydrographique de la Haute-Sûre sur base du génotypage des populations de Truite fario

Le présent projet vise la restauration dirigée de la continuité écologique des cours d’eau du bassin de la Haute-Sûre par la levée d’obstacles à la libre circulation de la faune aquatique. L’originalité de la démarche se situe dans le fait que l’opportunité (ou non) de lever un obstacle sera évaluée sur base d’un diagnostic génétique des populations locales de Truite de rivière (Salmo trutta), et ce dans le contexte transfrontalier du bassin de la Haute-Sûre et de l’ensemble de ses affluents. Le but d’une telle approche étant de préserver d’éventuelles souches locales peu ou pas introgressées génétiquement.

 

Contexte

La truite de rivière (Salmo trutta), espèce à forte valeur halieutique et patrimoniale, réalise des déplacements parfois importants au cours de son cycle de vie. Lors de la période de reproduction, elle quitte son territoire et migre vers l’amont à la recherche de petits cours d’eau qu’elle utilise comme frayère. En cela, elle peut être un bon indicateur du bon fonctionnement de chacun des compartiments de l’hydrosystème et surtout de la connectivité entre ces différents compartiments. La préservation des espèces migratrices comme la truite ne peut aboutir qu’en maintenant ou en rétablissant la connectivité longitudinale des cours d’eau. C’est pourquoi le maintien en l’état de ces obstacles semble a priori incompatible avec les objectifs de la Directive Cadre sur l’Eau.

Toutefois, si la conservation de la biodiversité passe par la sauvegarde des espèces et de leurs habitats, elle doit aussi se concevoir à d’autres niveaux d’organisation biologique. Ainsi, la diversité génétique au sein d’une population ne doit pas être négligée. C’est particulièrement vrai dans le cas d’une espèce qui, comme la truite, fait l’objet de nombreuses introductions dans le milieu naturel. Les programmes de rempoissonnement impliquent l’introduction de génotypes non indigènes à faible potentiel adaptatif dans les populations sauvages. C’est pourquoi ils peuvent conduire à une diminution de l'adaptabilité (fitness) des populations et perte de différenciation génétique entre populations (perte de biodiversité).

Il a été montré que, dans certains cas, les obstacles à la libre circulation des poissons peuvent contribuer à préserver certaines populations de l’introgression domestique. A l’inverse, ils peuvent être responsables de dérive génétique ou de consanguinité, particulièrement lorsque la population isolée présente un effectif faible. Les travaux de restauration peuvent donc avoir un impact (positif ou négatif) sur la génétique des populations. Le projet MigraSûre vise la restauration de la continuité écologique dans le bassin de la Sûre. En se basant sur un diagnostic génétique des populations de truites, la levée d’obstacles a lieu de manière dirigée pour favoriser les truites autochtones sans constituer un risque génétique pour ces populations.

 





















 

Objectifs du projet

Le bassin de la Sûre s’inscrivant dans le district hydrographique international du Rhin, il est peu pertinent d’utiliser les référentiels mis au point pour le district de la Meuse. Il y a donc nécessité d’établir au préalable un référentiel «rivière» propre au district hydrographique du Rhin, actuellement peu caractérisé. Pour y contribuer, les populations de plusieurs tronçons du bassin de la Sûre et de la Wiltz seront caractérisées en Wallonie, ainsi que sur certains cours d’eau du Grand-Duché de Luxembourg (sur accord de l’Administration de la Gestion de l’Eau).

Les souches de pisciculture employées plus particulièrement lors des opérations de rempoissonnement dans le bassin de la Sûre feront également l’objet d’un génotypage afin de compléter la base de données existante et fournir un référentiel «pisciculture» pertinent.

Suite à l’établissement des deux référentiels, les marqueurs microsatellites seront utilisés sur des individus de populations vivant en amont et en aval des obstacles à étudier afin de caractériser l’impact de ces barrières physiques sur le pool de gènes des populations. A l’issue des campagnes d’analyse, l’interprétation des données génétiques nous permettra de décider de l’opportunité (ou non) d’aménager l’obstacle piscicole concerné, et ce dans l’optique de la restauration de la connectivité des cours d’eau – comme le prévoit la Directive Cadre sur l’Eau - en accord avec la conservation de souches génétiques locales peu introgressées.



© 2006 - 2017 Contrat Rivire Haute-Sre